LES ESPECES ET LEUR REPARTITION

LES ESPECES ET LEUR REPARTITION

Famille des Rhinopomatidae

 

Rhinopoma cystops  (Gray, 1831)

Noms usuels : Français : Le Petit Rhinopome 

Rhc

 

Description et Caractères généraux : : C’est une chauve souris de petite taille, possèdent une longue queue.

La forme de son museau est droit et tronqué, formant une sorte de grain surmonté par une feuille nasale rudimentaire, ses oreilles sont de grande taille et triangulaires.

Il a pour habitude de reposer sur les paroies en écartant les membres, formant un x d’où émerge un « aiguillon » qui est en fait la queue qui dépasse la membrane inter fémorale.

Mensurations corporelles :  T+C = 49 - 61 mm , Q = 55 – 69,P  = 12 – 13, OR = 16 – 19 , AB =  48 - 61

Mensurations crâniennes CB : 17,6 , LZ : 10,5, MD : 11,8

Mensurations des doigts : III   MET : 31 – 42 ( 1 PH : 7 – 9 , 2 PH : 14 – 17 ) , IV   MET : 27 – 33(  1 PH : 10 – 13,  2 PH : 8 – 11) , V    MET : 31 – 37 (  1 PH : 9 – 10 ,  2 PH : 6 – 9 )

Formule dentaire : I ½ + C 1/1 + PM 1/3 + M 3/3

Nourriture : Insectivore

Répartition historique  : Cette espèce est connue uniquement de 3 régions d’Algérie : Sur la bordure nord du Sahara où elle a été signalée à Brezina et Laghouat par Loch en 1867. Au sud des monts des Aurès au Ghouffi collectée le 18/07/1979 par Kowalski (1991.) et au Hoggar à Oued Irhargar et Oued Tit, où elle a été tuée dans la première localité par Geyr Von Schneppenburg le 31/03/1979 à Oued Irhargar et récoltée par Anciaux d Faveaux dans une cave à Oued Tit en 1977.

 

 

 

Famille des Hipposideridae

 

Asellia tridens  (Geoffroy, 1813)

Noms usuels : Français : Le Trident    

Aselia

Description et Caractères généraux : Le trident est une chauve souris d’assez grande taille, au pelage de couleur variable, brun clair à  roux, caractérisée par une feuille nasale dont la lancette élargie porte trois pointes carrées, les vertèbres caudales sont soudées en une baguette rigide, à l’exception des deux dernières.
Mensuration corporelles :  T+C  = 45  - 5  ,Q = 20 - 26 , P  = 8 - 9 , OR  = 16 – 18 ,AB = 49 – 55

Mensurations crâniennes : CB = 18 – 20 , LZ = 10 – 11 , MD = 12 - 14

Mensurations des doigts : III MET = 38 – 59 (  1 PH  = 13 – 17 ,  2 PH  = 16 – 18 ) , IV MET = 35 – 37 ( 1 PH = 11 – 13  2 PH = 8 – 9 ) , V  MET = 29 – 32 ( 1 PH = 14 – 15 , 2 PH = 9 – 11)

Formule dentaire :  I ½ + C 1/1 + PM ½ + M 3/3

Nourriture : Insectivore

Répartition historique  :   Cette espèce habite probablement tout le Sahara jusqu’à l’Atlas saharien. Elle a été signalé à Abadla par Gaisler et Kowalski en 1986 ainsi que par Duveyrier, à Beni Ounif par Folley (1922), Biskra par Andersen 1918, El-Goléa par Thomas1913, In Salah observée par Niethammeren 1971 et par Monod 1931 à Ouad N'Tourha.Les observations les plus récentes sont de Gaisler et Kowalski (1986) qui l’ont signalé à Abadla, Aïn Ouarak (Laghouat), Brezina.Une carte de distribution en Afrique de cette espèce est publiée par Kock (1869) et Kock-Weser (1984).

 

                           Famille Emballonuridae

                                               

 Taphosous nudiventris  (Geoffroy, 1818)

Noms usuels : Français : La Taphien a ventre nu    

Taphnud

Description et Caractères généraux :  Museau court et conique , une dépression entre les yeux et une lèvre inférieure terminée par deux plages nues separées  par un sillon, la queue est également particulièrement car elle traverse l’uropatagium , apparaissent en relief à la face dorsale de ce dernier. Cette espèce tire son nom de l’absence de poils sur les parties inférieures du corps, dorsalement et ventralement.

Mensurations corporelles : T+C = 83 -93, Q  = 27 – 34, OR = 20 – 30 , AB = 70 - 75

Formule dentaire :  I ½ + C 1/1 + PM 2/2 + M 3/3

Nourriture : Insectivore

Répartition historique  :  Un seul individu a été signalé en 1977 à Oued -tit au Hoggar.

 

 

                                          Famille des Rhinolophidae

 

Rhinolophus blasii  (Petters, 1867)

Noms usuels : Français : Le Rhinolophe de Blasius    

Rbla

Description et Caractères généraux :  Taille moyenne, pelage brun dorsalement, beige brunâtre ventralement la selle, la largeur du fer à cheval, et les proportions des phalanges du 4° doigts caractérisent cette espèce. La selle est brusquement contractée en un point sub-median  le 4° doigts à la première phalange  qui dépasse largement en longueur la moitié de la seconde. Espèce essentiellement carnivore.

Mensurations corporelles : T+C = 42 - 48  ,  Q = 17 - 20  ,PP = 10,5 - 10  , AB = 46,5 - 45,5                                         

Mensurations des doigts : III MET =31 31 31 (  1 PH = 15,5  15 14,5 ,   2 PH = 27,5 27,5 26,5 ) IV MET = 32,5 32,5 32 ( 1 PH = 8,5 9 8,5 ,  2 PH = 16 16 16 ) V  MET = 34 34,5 34 ( 1 PH = 11,5 11,5 10,5

 2 PH = 10,5 13 12 )

Mensurations crâniennes : CB = 16,8, LO = 2,3 - 2,2, LZ = 9,5 - 9,6 , AB   = 46,5 - 45,5  , MD = 12,8 - 12,7

Nourriture : Insectivore

Répartition historique  : Kowalski (1979) enregistra la présence de cette espèce à Sig . En 1983 Gaisler mentionna sa présence à Aokas (Béjaia). En 1984 Kowalski et Gaisler  la rencontrèrent à Aïn El-Hadjadj (Aïn Sefra), Aïn Ouarka (Aïn Sefra), Honaïne (Aïn Témouchent), Madagh, Messerghine (Oran).En 1985 Beaucournu et Kowalski mentionnèrent sa présence à Sig . En 1986 Kowalski la signala à Chaâbet El-Akhra ( Kherrata), Souk El-Thenin (Bejaia ).

 

                                      

 Rhinolophus clivosus   (Cretzchmar, 1828)

Noms usuels : Français : Le Rhinolophe de Clivose    

Description et Caractères généraux :  Caractéristiques et données biologiques de cette espèce sont inconnues.

Nourriture : Insectivore

Répartition historique  :   Distribuée seulement au Hoggar et au Tassili ou l’on n’a retrouvé que ses feces  ( Guano ) exclusivement au Hoggar et au Tassili. A Djanet du Guano a été retrouvé  par Heim de Balsac en 1934  , et un spécimen a été recueilli de Tamanrasset reporté par Heim de Balsac  (1994).

  

Rhinolophus euryale  (Blasius, 1853)

Noms usuels : Français : Le Rhinolophe euryale    

Description et Caractères généraux :  C’est une espèce de taille moyenne, elle se différencie des autres rhinolophes  par la forme de la feuille nasale, la lancette affecte la forme d’un triangle isocele , les bords de la partie supérieure de la selle sont parallèles, le fer à cheval est étroit, le pelage est brun dorsalement, beige brunâtre ventralement.

Mensuration corporelles : T+C = 42 – 48 ,Q  = 17 – 20 ,P = 8 – 10, OR = 11 - 17,5,AB = 37 - 50,5

Mensurations des doigts : III MET= 20 – 36 (  1 PH = 9 – 15 ,  2 PH = 17 – 28 ) , IV MET = 20 – 38 ( 1 PH = 5,5 – 8  2 PH = 11 – 19 ) , V  MET = 22 – 38 ( 1 PH  = 8 - 12,5 , 2 PH = 9 – 13)

Nourriture : Insectivore

Répartition historique  : Elle a été rencontrée par Kowalski et Gaisler  (1984) et (1986) à Aïn Fezza près de Tlemcen, Chaâbet El-Akhra (Kherrata), Souk El-Thenine et Aokas  ( Béjaia). Cette espèce a été signalée par d’autres auteurs mais leurs informations restent non confirmées.

 

 Rhinolophus ferrumquinum  (Schreber, 1774)

Noms usuels : Français : Le Grand Rhinolophe fer à cheval    

Le Grand Rhinolophe Rhinolophus ferrumequinum ( www.bio.bris.ac.uk )

Description et Caractères généraux :  C’est une espèce de grande taille, au pelage dorsal assez foncé, la tête plus claire, le ventre et la poitrine sont beige.

La lancette de la feuille nasale se rétrécit régulièrement jusqu’à la pointe alors que la selle est comprimée en son centre.Les oreilles sont grandes, larges, à bord externe fortement convexe, les ailes sont larges, et peuvent envelopper tout le corps.

Mensurations corporelles :  T+C = 52 - 60  , Q = 30 - 38 , P  = 9 - 11  , OR  = 18 – 22 , AB =  53 - 57

Mensurations des doigts : III MET = 35 – 42 ( 1 PH  = 17 – 20 , 2 PH  = 28 - 31,5) , IV MET = 37 – 44 ( 1 PH  = 10 - 11,5,  2 PH  = 17 – 20 ) , V  MET = 39 - 43,5 ( 1 PH  =  12 – 14 , 2 PH  = 13 – 17 )

Mensurations crâniennes :  CB = 22,5 – 23 , LZ = 11,5 – 12 , MD = 14,5 - 16

Formule dentaire : Formule dentaire : I 1/1 + C 1/1 + PM 2/3 + M 3/3

Nourriture : Insectivore

Répartition historique  : Le grand rhinolophe fer à cheval est une chauve-souris commune au Nord de l’Algérie de la côte jusqu’à l’Atlas saharien. De 1858 à 1867 Loche la signala près d’Alger, entre-temps et jusqu’en 1887, Lataste la signala de Beni Slimane et Aokas (Béjaia). En 1856 Pomel la décrivit de Ghar Roubane (environs de Messaâd). En 1976 Anciaux de Faveaux  observa un spécimen à Hamma Bouziane (Constantine) . Plus récemment, en 1983 Gaisler la décrivit et signala de Chaâbet El-Akhra  (Kherrata ) et Tichy (Béjaia) et en 1986, Kowalski la signala à Chaâbet El-Akhra (Kherrata), Souk El-Thenine et Tichy (Béjaia). Cette espèce a, en outre, été localisée par Kowalski à Aïn Fezza (Tlemcen ), Aïn-Nouissi  (Mostaganem ), Bouyagoub (Oran), Brezina, Djebel Chelia (Batna), Frenda, Madagh, Messerghine (Oran), Sebdou, Sig, où de nombreux individus dont le nombre varie de 8 à 31 ont été observés pour chaque localité.

 

                      

 Rhinolophus hipposideros  (Beschtein, 1800)

Noms usuels : Français : Le Petit Rhinolophe fer à cheval     

Rhippo

 

Description et Caractères généraux :  C’est le plus petit des rhinolophes, la longueur de son avant bras ne dépasse pas 43mm.

Il se distingue des autres par son pelage légèrement plus foncé, assez semblable à celui du grand rhinolophe . La selle de la feuille nasale apparaît conique  vue de face, et elle ne présente pas de pointe en vue de profil.

Mensurations corporelles :   T+C = 30 - 47  , Q = 20 – 24, P = 7 - 8 , OR = 14 – 18 , AB  = 21 - 39

Mensurations des doigts : III MET = 20 – 25 ( 1 PH  = 9 – 13 ,  2 PH   = 15 – 19 ) , IV MET  =  19 – 28 (  1 PH = 6 - 7,5  2 PH  = 11 – 13) , V  MET  = 23 – 26 (  1 PH    = 7 – 9 ,  2 PH    = 11 – 15 )

Mensurations crâniennes : CB = 15 – 16 , LZ = 7 – 8 , MD = 9 - 10

Nourriture : Insectivore

Répartition historique  :  Habite la partie nord de l’Algérie, Habite la partie nord de l’Algérie, signalée depuis 1880 par Lataste à Annaba, 1923 par Facoz à Ifri. En 1976 Anciaux de Faveaux observa un individu à Chettaba (Constantine) et Gaisler la signala de Kherrata plus récemment en 1983. Kowalski et Gaisler  (1986) l’observèrent à Brezina, Messerghine (Oran), Sebdou, Sig et Tichy (Béjaia).

 

Rhinolophus mehelyi  (Matschie, 1901)

Noms usuels : Français : Le Rhinolophe de Mehelyi    

Rhmeh

Description et Caractères généraux :  Ressemble beaucoup au rhinolophe euryale, mais il est de taille un peu plus grande et de couleur plus claire, notamment sur le corps qui est généralement fauve cendré, la couleur foncée de la membrane membrane alaire contraste  avec la teinte très pâle de la face ventrale. Il se distingue des autres surtout par la forme de la partie supérieure de la feuille nasale, la lancette, qui se termine par une longue pointe, parallèlement le fer à cheval et large. Fréquente rarement les mêmes cavités  en hiver et en été.

Mensurations corporelles :  T+C = 48 -60  , Q = 21 - 31  , P = 9 - 12   , OR = 19 - 22,5 , AB = 48 - 52

Mensurations des doigts : III MET = 33 – 38 (  1 PH = 14 – 15 ,  2 PH = 27 – 31) , IV MET= 34 – 40  ( 1 PH = 6 – 9    2 PH = 17 – 20 ) , V MET = 36 - 40,5 ( 1 PH = 11 - 12,5 , 2 PH = 11 – 13)

Mensurations crâniennes : CB = 18 – 21, LZ = 10 – 11, MD = 12 - 13,5

Nourriture : Insectivore

Répartition historique  :  Largement distribué sur la côte nord Largement distribué sur la côte nord, signalée depuis 1923 par Falcoz à Bouyagoub (Oran), Laghouat et Messerghine (Oran) où il observa ses parasites. En 1934, Heim de Balsac  étudia sa biométrie. En 1979, Kowalski la signala de Sig et plus récemment en 1986, aidé par ses collaborateurs, notamment Beaucournu en 1985, il la signala de Aïn Ouarka (Aïn Sefra), Brezina, Honaïne, Messerghine, Sig.Capturé par Seddiki au Teffedest : 1990 : (au nord du hoggar) specimen  dans formol  à l’INA

 

 Famille des Vespertillionnidae

 

 Eptisecus isabellinus   (Schreber, 1774)

Noms usuels : Français : La Serotine commune    

Description et Caractères généraux :  C’est une chauve souris d’une taille moyenne aux oreilles arrondies, plus hautes que larges, au tragus  pointu les ailes sont longues, moyennement larges, les deux dernières vertèbres caudales sont libres, la dernière dépassant nettement le bord de la membrane inter fumorale . Le pelage est de couleur isabelle uniforme sur le dos, plus claire sur le ventre, sans lignes de démarcation nette. Elle fréquente des gîtes très varies avec une prédiction pour les bâtiments et les cavités souterraines naturelles.

Mensurations corporelles : T+C = 63 - 75 , Q  = 41 - 45  , P  = 9 - 10  , OR   = 17 , AB= 46 - 52

Mensurations des doigts : III MET = 42 – 49 ( 1 PH = 15 – 17 ,  2 PH  = 15 – 22 ) , IV MET  = 41 - 46

    ( 1 PH   = 13 – 16 ,  2 PH = 8 – 10 ) , V MET = 39 – 45 ( 1 PH  = 9 – 11,  2 PH  = 6 – 8)

Mensurations crâniennes : CB = 16,1 - 17,8 , LZ  = 13, MD = 12,8 - 15 ,5

Formule dentaire :  I 2/3 + C 1/1 + PM ½ + M 3/3

Nourriture : Insectivore

Répartition historique  : De la côte méditerranéenne à l’Atlas Saharien De la côte méditerranéenne à l’Atlas saharien, signalée depuis 1867 par Loche à la plaine de Chlef, puis en 1885 Lataste la décrivit de Chaâbet El-Akhra (Kherrata) et Djebel Tata (près de Constantine) et en 1914, Jannel et Racovitza de Ifri  (Béjaia). En 1968, Beaucournu et Clerc la mentionnèrent à Miliana, et Kowalski  (1979) rencontra un spécimen à Oran. Plus récemment, les travaux de Kowalski et Gaisler  (1985-1986) révélèrent la présence de cette espèce à Bouira, Messerghine, Amentane (M'Sila), Tebbar (Tlemcen) où ils ont pu voir des colonies dépassant les 40 individus et aussi à Aïn El-Hadjadj (Aïn Sefra), Arbaouats (près de Labiod Sidi-Cheikh)

                               

                                      

Myotis punicus (  Felten, Spitzenberger, and Storch, 1977 )

Noms usuels : Français :  Le Murin du Maghreb    

Myotis punicus

Description et Caractères généraux : C’est un murin  de grande taille, au museau  conique assez fin, aux oreilles de longueur moyenne, et au pelage brun avec des nuances variées, il se distingue du grand murin par la plus faible taille des doigts mais surtout par une plus petite longueur du crâne (< 23 mm), et de la rangée dentaire supérieure. Il colonise surtout les grottes, mais aussi les souterrains artificiels tels que les tunnels de dérivation de barrage.

Mensurations corporelles : T+C = 62 – 78 , Q  = 45 – 55, P = 10 - 13,5 , OR = 21 - 26 , AB = 56 - 63

Mensurations des doigts : III MET = 52 – 60 ( 1 PH = 15,5 - 21,5 ,  2 PH = 19,5 - 28,5 ) , IV MET = 49 – 59  (1 PH = 11 – 15,  2 PH = 12 – 15) , V MET  = 49 – 57 ( 1 PH   = 12 - 15,5,  2 PH   = 11 – 14)

Mensurations crâniennes : CB = 22 - 24,5 , LZ  = 14,5 - 15,5 , MD = 17 – 18 , MC = 5,5 - 6

Nourriture : Insectivore

Répartition historique  :  Anciennement elle était assimilée a Myotis blythii par Kowalski Son aire de répartition est assez large, de la côte jusqu’au sud de l’Atlas Saharien. Son aire de répartition est assez large, de la côte jusqu’au sud de l’Atlas saharien. Les observations et le signalement concernant cette espèce les plus anciens sont de Dobson et Lataste (1880) qui l’observèrent à Aokas (Béjaia), Lakhdaria, Sétif, Djebel Tata Dellys. En 1912 Weber l’étudia de Larbaâ (Blida). En 1939 Rotron la signala à la Tafna (Sebdou).En 1948 Birebeent la signala de la même région. En 1964 Larat de Messerghine (Oran), 1976 Anciaux de Faveaux de Guelma  à Hammam Meskhoutine. En 1977 Felten , Spitzenbberger, Storch à Messerghine et Oran. En 1979, Kowalski  la signala de Sig.

Les données les plus récentes concernant cette espèce sont de 1983 par Gaisler qui la signala à Aokas, Bessam (Oran), Souk El-Thenine et Timgad (Batna). Une année plus tard, le même auteur la décrivit près de Sebdou (Tlemcen), Tikjda et Yakouren (Tizi Ouzou).En 1985 Vesmanis  la signala à Laghouat , Kowalski, et Gaisleer (1986) mentionnèrent sa présence à Aïn Nouissi (Mostaganem), Bouira, Bouyagoub (Oran), Messerghine (Oran), Sebdou, Sig, Tiddis (Constantine) et Yakouren. Rzebik-Kowalska en étudiant les pelotes de régurgitation des rapaces, trouva du matériel biologique de cette espèce à  Honaïne, Aokas, Saida et Tikjda.

 

                                                                      

 Myotis capaccinii  (Bonaparte , 1837)                                               

Noms usuels : Français : Le Murin de Capaccini    

Description et Caractères généraux :  C’est une chauve souris de taille moyenne, au pelage plus pâle et plus grisâtre que celui des autres espèces du genre. La membrane inter fumorale est pointue, de même que la jambe, comme chez les autres murins. Son gîte est principalement cavernicole

Mensurations corporelles : T+C = 53 – 51, Q = 42 - 40  , AB = 42 - 41,5                                 

Mensurations des doigts : III MET = 39 – 38 (  1 PH = 14 – 12 ,  2 PH = 12 – 10 ) , IV MET = 38 – 37 ( 1 PH = 11 – 11      2 PH = 10 – 10 ) , V MET  = 37 – 35 ( 1 PH   = 9 – 8 ,   2 PH   = 9 – 7 )

Mensurations crâniennes : CB = 15,5 , LZ = 9,5 , MD = 11,5.

Nourriture : Insectivore

Répartition historique  :  Connue de la zone côtière jusqu’à l’Atlas tellien, cette chauve-souris a été signalée depuis 1880 par Lataste et Dobson à Aokas et Dellys. Laurent en 1944 observa un  individu près d’Alger. Puis de 1984 à 1986 Gaisler et Kowalski la mentionnèrent et l’observèrent à Aokas, Sebdou, Tebbar (Tlemcen).

 

                                         

Myotis emarginatus  (E. Geoffroy, 1806)

Noms usuels : Français : Le Murin à oreilles échancrées    

Myotemar

Description et Caractères généraux : De faible taille, cette espèce se caractérise par la présence d’une profonde échancrure sur la bordure externe de l’oreille, le tragus est long et effilé, l’éperon est court, la bordure de la membrane inter fumorale  est pourvue de poils clairsemés , le pelage est crêpe, la couleur brun rougeâtre sur le dos, roux clair sur le ventre.C’est une espèce qui hiberne généralement en essaim compact ;

Mensurations corporelles : T+C = 50 - 51  , Q = 39 - 43 ,AB = 40 - 42,5                                                    

Mensurations des doigts : III MET = 34,5 -38 ( 1 PH  = 13 -16 ,  2 PH  = 16 – 17 ) , IV MET = 34,5 – 38 ( 1 PH   = 10 – 12 ,  2 PH =  8,5 – 12 ) , V MET =  35 – 38 ( 1 PH  = 10,5 – 12 , 2 PH  = 7 – 12 )

Mensuration crâniennes : CB = 16,5,  LZ  = 10 , MD = 12,5 -12

Nourriture : Insectivore

Répartition historique  : Sa présence en Algérie a été notée par Lataste en 1885, qui a obtenu un spécimen en provenance d’Annaba. En 1983 Gaisler observa un spécimen à Aokas et Kowalski , Gaisler  et Beaucournu  mentionnèrent la présence de plusieurs spécimens à Madagh et Sig

 

       

 Myotis nattereri  (Kuhl, 1818)

Noms usuels : Français : Le Murin de Natterer   

Description et Caractères généraux :  Le murin de Natterer ressemble beaucoup au murin à oreilles échancrées, quoique de taille légèrement plus grande, l’échancrure de l’oreille est également moins nette, le trapus est singulièrement long et pointu (plus long que la moitié du pavillon),, le pelage est brun gris, parfois teinte de roux.La membrane inter fémorale, sous tendue par une eperon  allongé, est bordée de nombreux poils. Cette espèce est solitaire en hiver, et grégaire pendant l’été, ses gîtes sont les cavités de petite dimensions proche des points d’eau alors qu’il se reproduit dans des cavités d’arbres. Il vole assez bas et lentement.

Mensurations corporelles :  T+C = 85 , Q  = 37  , P = 8 , OR = 16 , AB  = 37

Mensurations des doigts : III MET = 36 ( 1 PH = 14,  2 PH = 10 ) , IV MET = 36 ( 1 PH = 9 ,  2 PH = 8 ) , V MET  = 35 (1 PH = 7 ,     2 PH = 7 )

Mensurations crâniennes : CB = 16 , MD = 8

Nourriture : Insectivore

Répartition historique  : Cette espèce n’est connue que de 3 localités en Algérie : Signalée à Aokas par Gaisler qui captura un individu le 18.12.1981. A Aïn Fezza, près de Tlemcen, où une colonie de 22 individus a été signalée à Aven Yebdar par Kowalski et Gaisler en 1986. A Yakouren, signalée par Gaisler (1984) et Kowalski (1986). 

 

 Nyctalus leisleri   (Kuhl, 1818)

Noms usuels : Français : La Noctule de Leisler    

Description et Caractères généraux :  C’est une espèce de grande taille au pelage brun doré sur le dos, brun jaune sur le ventre, les jeunes sont plus grisâtres, les poiles ont une coloration plus foncée à leur racines.

Mensurations corporelles : T+C = 62,5 - 67,5 , Q = 38 – 42, P = 8,5 – 10 , OR= 13,5 - 14,5, AB = 40,5 - 43,5

 Nourriture : Insectivore

Répartition historique  :   Cette espèce n’a été signalée qu’à Yakouren  respectivement par Hanak et Gaisler  (1983), Gaisler et Kowalski  (1986). Hanak et Gaisler ont étudié la biométrie des 4 individus qu’ils ont trouvés en 1983.

 

 

Nyctalus noctula  (Schreber, 1774)

Noms usuels : Français : La Noctule Commune    

Description et Caractères généraux : C’est une espèce de grande taille au pelage brun doré sur le dos, brun jaune sur le ventre, les jeunes sont plus grisâtres, les poils ont une coloration uniforme sur toute leur longueur.

Mensurations corporelles : AB = 48 – 57

Nourriture : Insectivore

Répartition historique  :  C’est une espèce très rare en Afrique, elle n’a été signalé qu’une seule fois à Alger  où elle a été collectée par Dobson (1878).

 

             
Otonycteris hemprichii ( Peters, 1859 )

Noms usuels : Français : L’Oreillard d’Hempriche   

Description et Caractères généraux :  C’est une chauve souris de grande taille, caractérisée par ses grandes oreilles, larges à leur base, le tragus  est long, brusquement rétréci vers la pointe, les ailes sont grandes et longues, la queue est courte, seule la dernière vertèbre dépasse de l’uropatagium . C’est une espèce saharienne au pelage clair, beige dessus, blanc dessous.

Mensurations corporelles : T+C = 67,5  , Q = 47,5  , P = 11,2 , OR  = 40 , AB = 57,5

Mensurations des doigts : III MET = 50 (  1 PH = 19 ,  2 PH = 27,5 ),V MET = 49 ( 1 PH = 13,5 ,  2 PH = 13,5 )

Mensurations crâniennes : LZ = 14,4 - 14,5 ,MD = 16,2 - 17,1

Formule dentaire :  I 1/3 + C 1/1 + PM ½ + M 3/3

Nourriture : Insectivore

Répartition historique  : C’est une espèce saharienne connue des régions désertiques. Signalée à Ouargla par Lataste et Dobson en  1880 à Gara Krima ainsi que par par Koenig (1896.) ,Heim de Balsac et Laurent en 1936-1937, signalèrent des excrements  à El-Goléa et, en 1965 Heim de Balsac  trouva des restes dans des pelotes de régurgitation de rapaces à Djanet. Plus récemment, elle a été signalée par Kowalski et Gaisler  (1986) à Abadla, Beni Abbès, Brezina, Djanet où ils récoltèrent respectivement 2, 2, 1, et 1 individu qu’ils ont étudié.

 

                              

Pipistrellus kuhlii (Natterer, 1819)

Noms usuels : Français : La Pipistrelle de Kuhl 

Description et Caractères généraux : C’est une espèce de couleur claire, présentant un liséré blanc net sur les membranes alaires , le pouce est court, le cinquième doigts es t sensiblement long (41 à 45 mm), l’incisive supérieure externe est très petite, l’incisive interne ne possède qu’une seule pointe. C’est une espèce de moeurs anthropophiles, elle vit également sous l’ecorce  de vieux arbres, fréquemment observée en mois d’hiver.

Mensurations corporelles : T+C = 41 – 44, Q = 31 – 41, P =5 – 7 , AB = 31 - 34                                     

Mensurations des doigts : III MET = 28 - 32,5 ( 1 PH = 11 – 13, 2 PH =  8 – 11) , IV MET = 28 - 31,5

 (1 PH = 9 – 12 ,  2 PH = 6,5 – 10 ) ,  V MET = 27 – 31 ( 1 PH  = 7 – 8 , 2 PH = 5 – 7 )

Nourriture : Insectivore

Répartition historique  :  Cette espece était considérée comme etant deux especes distinctes  Pipistrellus deserti et Pipistrellus kuhlii , des travaux recents montrerent qu’il ne s’agissait finalement que de la pipistrelle de Kuhl

De la côte à la partie centrale et occidentale du Sahara. C’est une espèce connue au Sud, au Centre et à l'Ouest du Sahara.Elle a été signalée, pour la première fois, de 1934 à 1936 à Djanet par Heim de Balsac .En 1985 Qumsiyeh  la signala à Beni Abbès, In Salah, Hoggar, Tamanrasset et In Amguel. Cet auteur a envoyé des spécimens de cette espèce à différents musées, notamment le British Museum of  Natural History, le National museum of Natural History de Washington. En 1986  Kowalski et Gaisler observèrent un spécimen à Taghit (Béchar) et à Djanet. ,  Signalée en  1841 par Wagner d’Alger et d’Oran puis par Loche (1858) à Alger. En 1880 Lataste la signala à Alger, Annaba, Biskra, Tolga, Boussaâda et, en 1885, à Larbaâ, M'Sila et Touggourt. En 1913 Thomas  la signala à Aïn Sefra, El-Goléa, El-Kantara au sud de Ghardaïa et Sebseb. En 1922  elle le fut par Foley  à Beni Ounif. En 1925,par Thomas  à Tamanrasset. En 1983 Gaisler à Djemila (Sétif), Sebseb. En 1985 Qumsiyeh  à Aïn Sefra, Constantine et Vesmanis  à Djelfa. En 1986 Kowalski et Gaisler à Abadla, Arbaouats, Beni Abbès, Brezina, Messerghine, Foret de M'Sila (Oran), Oran, Sebdou, Sebseb, Taghit, Yakouren.

 

 Pipistrellus pipistrellus  (Schreber, 1774)

Noms usuels : Français : La Pipistrelle commune     

Description et Caractères généraux : Ce sont de petites chauves souris aux oreilles courtes, plutôt triangulaires séparées à leur base, la membrane interfémorale présente un lobe postcalcanéen , elle englobe donc l’éperon. Son pelage est de couleur variable à dominante brune, l’incisive supérieure interne présente deux points, elle est moitié plus longue que l’incisive externe, le cinquième doigts est court (38 à 42 mm). C’est une espèce anthropophile et arboricole , elle vole très tôt le soir, parfois avant le coucher du soleil.

Mensurations corporelles :  T+C = 41 - 44  , Q = 31 - 41 , P  =5 – 7 , AB = 31 - 34                             

Mensurations des doigts : III MET = 28 - 32,5 ( 1 PH = 11 – 13,  2 PH =  8 – 11) , IV MET = 28 - 31,5

(1 PH = 9 – 12 , 2 PH = 6,5 – 10) , V MET = 27 – 31 ( 1 PH  = 7 – 8 , 2 PH = 5 – 7 )

Formule dentaire :  I 2/3 + C 1/1 + PM 2/2 + M 3/3

Nourriture : Insectivore

Répartition historique  :   Connue seulement de la zone côtière et de l’Atlas tellien. En 1880 Dobson  détermina cette espèce collectée par Lataste à Annaba. Kowalski et Gaisler  ont retrouvé cette espèce de 1983 à 1986 dans plusieurs localités à  Messerghine, Sebdou, Sétif, Yakouren, où ils ont observé et capturé respectivement 2, 6, 3, et 4 individus.

 

 Pipistrellus rueppellii  ( Fischer, 1829)

Noms usuels : Français :  La Pipistrelle de Ruppel   

Description et Caractères généraux :  Elle se distingue des autres pipistrelles par ses incisives supérieures internes qui sont longues et profondément bifides (2 pointes) et une fourrure ventrale d’un blanc pur, le pelage dorsal est brun, les poils étant plus sombres a leur base, la membrane alaire  est assez pâle, les membres et la queue apparaissent sombre par contraste.

Mensurations corporelles : AB = 30 - 32,5

Mensurations crâniennes :  CB = 11,5 - 12,5

 Nourriture : Insectivore

Répartition historique  : Connue seulement dans la vallée de la Saoura où elle a été décrite en 1971 par Haymman et Hill et à Beni Abbès où elle a été revue par Gaisler et Kowalski  en 1986. Ces mêmes auteurs l’ont observée à Abadla.              

 

                        

Hypsugo savii  (Bonaparte, 1837)

Noms usuels : Français : La pipistrelle de Savi     

Description et Caractères généraux : Se différencie des autres Pipistrelles par son pelage dorsal constitué de poils foncés à l’extrémité claire, le cinquième doigts mesure (41 à 43 mm), l’incisive externe est plus longue que la moitié de l’incisive interne, et ne présente qu’une seule pointe.

Mensurations corporelles : AB = 33,5 - 36,5                                 

 Mensurations des doigts : III MET = 53 - 51,5 , IV MET = 43 - 40,5   

Mensurations crâniennes : CB = 13,7 , LZ = 8,8 , MD = 10

Nourriture : Insectivore

Répartition historique  : En 1964 Hill  mentionna sa présence à Guelt Es-stell et il envoya 2 spécimens au British museum of Natural History. En 1983 Gaisler mentionna sa présence dans les Monts Babors (Sétif), Tikjda et Timgad. Puis en collaboration avec Kowalski en 1986, il la signalèrent à Amentane (Biskra), Bouira et Tikjda où ils remarquèrent respectivement 3, 1, et 3 individus

 

 Plecotus teneriffae gaisleri( Benda & Kiefer & Hanak & Veith, 2004 )

Noms usuels : Français : L’Oreillard gris    

Description et Caractères généraux : La grande taille des oreilles, reunies  à leur base, suffit à différencier l’oreillard gris des autres espèces . Au repos, les oreilles sont rabattues vers l’arrière, seul le tragus  , étroit et long, demeure érigé. La queue est longue et dépasse largement de la membrane inter fémorale, le pelage est brun grisâtre sur le dos, gris jaunâtre sur le ventre légèrement plus clair chez les individus du sud du pays.

Mensurations corporelles :  T+C = 43 - 45 , Q  = 40 - 44 , P = 7,5 , OR = 35 – 38 , AB = 37 - 39

Mensurations des doigts : III MET = 34 ( 1 PH = 14,  2 PH = 18,5) , IV MET = 34,5 (  1 PH = 9,5 , 2 PH = 11,5) ,V MET = 33 ( 1 PH = 10 ,  2 PH = 10 )

Mensurations crâniennes : CB = 17, LZ = 9 , MD = 11

Formule dentaire :  I 2/3 + C 1/1 + PM 2/3 + M3/3

Nourriture : Insectivore

Répartition historique  : Distribué sur la bordure septentrionale de Sahara et les hauts plateaux, elle n’a jamais été signalée sur la zone côtière. Depuis 1858 et 1867 Loche la signala de Blida et en 1913 Thomas envoya au British Museum of Natural History, un individu capturé à Oumach  (près de Tolga). Plus récemment, en 1983 Gaisler signala la présence de cette espèce à Sétif et Timgad et en 1984 à Sétif et Tikjda. Kowalski et Gaisler en 1986 le signalèrent à Brezina, Sétif, Tikjda où ils retrouvèrent respectivement 12, 1 et 1 individu. Capturé par Seddiki à la teffedest : mertoutek en 1990 specimen dans formol à l’INA

 

 

Famille des Miniopteridae

Miniopterus schreibersii (Kuhl, 1817 )

Noms usuels : Français : Le Minioptere    

Description et Caractères généraux :  De taille moyenne, le minioptere est caractérisé par un museau court, un front très bombé et une fourrure douce et veloutée. Les oreilles sont courtes de forme presque losangique  , le tragus est petit. Les ailes sont longues et pointues à leur extrémité. La seconde phalange du troisième doigts est environ trois fois plus longue que la première.C’ est une chauve souris exclusivement cavernicole, en colonies de plusieurs centaines d’individus.

Mensurations corporelles :  T+C = 47 - 57 , Q = 51,5 - 60,5 , P  =8 – 10 , OR = 9 – 11 , AB = 43,5 - 47

Mensurations des doigts : III MET = 40 - 44,5(  1 PH = 10 – 12 ,  2 PH = 30 – 37 ) , IV MET = 37,5 – 42  ( 1 PH = 8,5 - 9,5 ,  2 PH = 16,5 - 18,5 ) , V MET = 35 – 38 ( 1 PH = 9,5 -10 ,2 PH = 8,5 – 10 )

Mensurations crâniennes :  CB = 14, MD = 10,9 - 11,3

Formule dentaire :  I 2/3 + C 1/1 + PM 2/3 + M 3/3

Nourriture : Insectivore

Répartition historique  :   Son aire de répartition va de la côte à l’Atlas saharien.Signalée en 1841 par Wagnerà Alger, 1880 par Lataste et Dobson  à Aokas (Béjaia), 1867 à Tixeraïne (Alger) et 1885 à Sig et Dellys et Taczanowski d’El-Kantara en 1869.En 1912  Weber l’observa et étudia sa biologie près de Birkhadem (Alger). En 1959 Rotron l’observa dans une cave de la Tafna (Sebdou) et en 1948 Birebent la découvre au même endroit. Plus récemment, beaucoup d’auteurs l’observèrent et l’étudièrent dans différents endroits, entre autres Gaisler et Kowalski  de 1983 à 1986 le mentionnèrent à Aïn Fezza (Tlemcen), Aokas (Bejaia), Honaïne, Messerghine (Oran), Sebdou, Sig, Souk El-Thenine (Bejaia), Tiddis (Constantine), et en même temps, Maeda offrit, en 1982 un spécimen découvert à Oran au Musée National d’Histoire Naturelle.

 

 .Famille des Molossidae

 

 Tadarida aegyptiaca  (E. Geoffroy, 1818)

Noms usuels : Français : L’Oreillard d’Egypte   

Nourriture : Insectivore

Répartition historique  :   Probablement dans tout le Sahara, actuellement il n’est connu que dans trois localités : En 1973, Schlitter et Robins la décrivèrent à 50 km au nord de Tamanrasset.Plus récemment Qumsiyeh collecta quelques spécimens de Tamanrasset et de Beni-abbes.

 

 Tadarida teniotis  (Rafinesque , 1814)

Noms usuels : Français : Le Molosse de Cestoni    

Description et Caractères généraux :  C’est une espèce de grande taille, sa queue est épaisse et dépasse largement de la membrane inter fémorale qui est réduite, les oreilles sont rabattues sur le museau qui a grossièrement l’aspect d’un chien molosse

Mensurations corporelles : AB = 58,7 - 62,1

Formule dentaire :  I 1/3 + C 1/1 + PM 2/2 + M 3/3

Nourriture : Insectivore

Répartition historique  : Elle n’est connue que de 3 localités : 2 localités aux Aures et  et à Lakhdaria. Elle n’est connue que dans 3 localités : 2 localités aux Aurès et à Lakhdaria (Bouira). En 1984 Kock et Nader la signalèrent à Lakhdaria et Tighanimine au Roufi (Batna), les spécimens retrouvés par  ces deux auteurs sont dans la collection personnelle de W. Issel. En 1986 Gaisler et Kowalski  signalèrent 4 individus à Amentane près de Meniaâ (aux environs de Barika)

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 21/02/2014